Archives de
Auteur/autrice : Admin

Interpellation publique : Pour une société nourricière Désurbaniser la terre, réempaysanner les territoires

Interpellation publique : Pour une société nourricière Désurbaniser la terre, réempaysanner les territoires

Interpellation publique
Pour une société nourricière
Désurbaniser la terre, réempaysanner les territoires
Mardi 7 juin 2022, 13h-30 – 16h30, Maltais Rouge, Paris, XIème

Début avril 2022, le journal Libération publiait une tribune Habiter la terre, ménager la Terre. Signé par 36 chercheur.es et enseignant.es en sciences humaines et sociales, agronomie, sciences de l’écologie, études artistiques, architecture et philosophie, ce texte alertait sur les risques qu’encourt notre habiter de la terre en raison d’une même démesure qui simultanément touche les espaces de concentration urbaine et les espaces de l’industrialisation agricole, forestière. Nous interrogions le solutionnisme technologique aveugle et dispendieux, que l’on remarque même dans les préconisations du GIEC. Nous invitions à un habiter qui soit à la mesure de la terre/Terre, apte à retisser nos liens en ménageant les lieux. Nous invitions à une sobriété permettant de désartificialiser les sols pour ré-empaysager les territoires, de désurbaniser les terres pour ré-empaysanner la société, de fonder le post-urbain au lieu du post-humain. Cela plutôt que de toujours plus fragmenter par des aménagements à rebours du vivant.
Or, si les surexploitations agricoles ainsi que les surconcentrations urbaines relèvent du même contre-sens, force est de constater que villes et campagnes, urbain et rural, ne sont jamais saisis à l’aune de cette démesure, politiquement comme scientifiquement, alors même que souveraineté alimentaire et indépendance énergétique reviennent à l’avant-scène. En plus de menacer notre habiter, elle fragmente nos sociétés. Et cette fragmentation se lit même dans la géographie électorale, puisque, globalement, nombre de grandes villes votent de plus en plus à gauche et les campagnes demeurent majoritairement à droite. De telles partitions masquent en fait le rôle diffus et global d’une croissance productiviste mortifère qui nie nos liens et le soin à la Terre tout comme ceux des autres vivants, qui détruit nos capacités et désirs à payser un territoire, à en faire un pays habitable, apte à nourrir nos goûts, nos corps, le sens de notre existence. Il y a en fait nécessité première à bifurquer vers d’autres écologies organisatrices de la vie sociale ; celles de la sobriété, de l’autonomie, des paysages nourriciers qui prennent soin des lieux, les gestes d’habiter, où l’on porte attention aux liens de concrescence c’est-à-dire du croître avec l’autre, avec les autres vivants.
Pour ce faire, il faut redonner aux cultures leur base paysanne. Avec soin, elles travaillent tout à la fois les symboles, les gestes, les techniques à la mesure de la terre/Terre, élevant ainsi des paysages nourriciers où se réenvisagent l’habiter urbain à la juste taille tout comme l’habiter rural et ses cultures. Elles nous invitent à sortir de l’anesthésie, à ouvrir nos sensibilités, réveiller nos consciences, à œuvrer au bien-vivre et à la santé globale de tous les vivants, et ainsi à ne plus faire comme si l’on pouvait continuer à vivre dans une croissance mortifère. Toutes les données sont en fait désormais sans équivoque, des sciences humaines et sociales à l’agroécologie, de l’architecture aux champs de la culture : seuls des liens de la raison, sensibles et en conscience, mesurés et en responsabilité peuvent encore permettre d’affronter la réalité écologique, concrète, existentielle de la dévastation. L’exploitation, la dilapidation des « ressources » que sont les vivants et la terre/Terre vont de pair avec l’urbanisation généralisée. Pourquoi le nier ou tout au moins l’oublier ? Il est temps maintenant de réfléchir ensemble à comment désartificialiser les sols, désurbaniser la terre, c’est-à-dire à la fois réempaysager les territoires et ré-empaysanner les sociétés. Explorons les voies et pratiques en la matière, celles nourries d’énergie humaine, culturelle, sociale, sensible.
A l’origine d’enseignant.es – chercheur.es de différents horizons disciplinaires, cette après-midi de présentation et d’échanges veut interpeller les forces politiques et les médias sur de telles réalités, de telles nécessités. Pour inventer un nouveau lien entre urbanités et ruralités, il ne nous reste que tout au plus quelques années.

Contribution de l’association Saint-Junien Environnement à l’enquête publique relative à l’aliénation des chemins ruraux N°1, 1b, 4c, 5d, 9d, 38, 38b, 39d, 42b, 43b, 43c, 79, 79d, sur la commune de Saint Brice sur Vienne.

Contribution de l’association Saint-Junien Environnement à l’enquête publique relative à l’aliénation des chemins ruraux N°1, 1b, 4c, 5d, 9d, 38, 38b, 39d, 42b, 43b, 43c, 79, 79d, sur la commune de Saint Brice sur Vienne.

Gros travail de notre association pour analyser cette demande d’aliénation. Vous trouverez ici notre contribution complète. A noter que nous n’approuvions pas les pratiques de riverains qui annexent illégalement des parties de chemins ruraux, puis après demandent de les acheter. c’est malheureusement encore le cas ici.

Ciné débat au ciné bourse de St Junien Film Goliath sur les lobbies des pesticides le 13 Mai à 20H

Ciné débat au ciné bourse de St Junien Film Goliath sur les lobbies des pesticides le 13 Mai à 20H

Nous avons le plaisir de vous communiquer la programmation de la 2ème édition du festival HORIZON VERT, cinéma d’écologie et de films en circuit-court qui aura lieu entre le 4 et le 17 mai 2022 dans les quatre cinémas du Réseau Cinémas 87 (St-Junien, St-Yrieix, St-Léonard et Eymoutiers) ! lien ici

Dans ce cadre, le vendredi 13 mai à 20h Séance suivie d’un débat avec Générations Futures et le Docteur Pierre-Michel Périnaud, président de l’association « Alerte des médecins sur les pesticides ».

Le film : France, professeure de sport le jour, ouvrière la nuit,
milite activement contre l’usage des pesticides. Patrick, obscur et solitaire avocat parisien, est spécialiste en droit environnemental. Mathias, lobbyiste brillant et homme pressé, défend les intérêts d’un géant de l’agrochimie. Suite à l’acte radical d’une anonyme, ces trois destins, qui n’auraient jamais dû se croiser, vont se bousculer, s’entrechoquer et s’embraser.

Venez découvrir la manipulation des lobbies de l’agrochimie pour imposer les pesticides mortifères.

Secrets toxiques le Film suivi d’un débat sur les pesticides avec PILBS, SJE, Générations futures le 28 avril 20h à St Christophe.

Secrets toxiques le Film suivi d’un débat sur les pesticides avec PILBS, SJE, Générations futures le 28 avril 20h à St Christophe.

Organisé par Par ici la bonne soupe, Saint Junien Environnement et Générations futures découvrez Secrets toxiques une campagne qui s’est mise en place suite à l’étude scientifique de bidons de pesticides où ont été retrouvés des dizaines de molécules non déclarées, dangereuses, et pour certaines interdites, dont de l’arsenic, du plomb, des dérivés de pétrole…

Pendant plus d’un an, notre équipe a mené un travail d’enquête pour comprendre les failles et les fraudes qui font que la quasi-totalité des pesticides sur le marché sont aujourd‘hui bourrés de produits interdits et dangereux.

Dans ce documentaire, nous vous expliquerons tout : Comment sommes-nous arrivés à retrouver des pesticides toxiques dans nos champs et nos assiettes ? Comment est évaluée la toxicité des pesticides en France et en Europe ? Qu’est-ce qui est ressorti de nos échanges avec les agences sanitaires Européenne et Françaises ? Quelles sont les alternatives ?

Pour en savoir plus sur la campagne :

http://secretstoxiques.fr

https://www.facebook.com/secretstoxiques

secretstoxiques@gmail.com

Contribution de notre association à l’enquête publique relative à l’aliénation d’une partie de chemin rural reliant la RD n°22 au chemin des Rebeyrates au lieu-dit « Vergnolas », commune de Cussac.

Contribution de notre association à l’enquête publique relative à l’aliénation d’une partie de chemin rural reliant la RD n°22 au chemin des Rebeyrates au lieu-dit « Vergnolas », commune de Cussac.

Objet de l’aliénation : Le dossier d’enquête publique précise que l’aliénation concerne la partie du chemin rural longeant les parcelles cadastrées section E N°312, 326, 324, 318, 317, 316 et 313, ce qui supprimera la continuité de celui-ci sur presque la totalité de son linéaire. Nous remarquons que dans la délibération du conseil municipal du 27 janvier 2022, la procédure d’aliénation du chemin ne fait pas l’unanimité. Nous aurions souhaité connaitre les objections de celles et ceux qui ont voté contre.

Conclusion : Nous estimons que ce chemin ne devrait pas être aliéné pour préserver, le paysage bocager, des corridors de biodiversité et ainsi privilégier le bien commun et l’intérêt des générations futures aux intérêts d’un particulier. C’est pourquoi nous sommes opposés à cette aliénation.

Lire notre contribution complète

Notre contribution au sujet de la demande ’autorisation de la remise en service du moulin Pelgros à Saint-Junien

Notre contribution au sujet de la demande ’autorisation de la remise en service du moulin Pelgros à Saint-Junien

Objet : Contribution de l’association Saint-Junien Environnement à la participation du public par voie électronique (PPVE) au sujet de la demande d’autorisation de la remise en service du moulin Pelgros à Saint-Junien prévoyant l’installation d’une centrale hydroélectrique.

Conclusion :

Nous rappelons que nous sommes favorables à la production des énergies renouvelables. Le moulin Pelgros doit s’inscrire dans un projet global qui prend en compte l’amélioration de la qualité de l’eau de la vienne, ce qui n’est pas le cas en l’état.

Nous ne serons favorables à ce projet que sous réserve :

  • Qu’il fasse l’objet d’une compensation permettant d’atteindre les objectifs définis dans le SDAGE Loire – Bretagne 2010 – 2015.
  • Que le porteur de projet ait réalisé la compensation qu’il devait faire pour le moulin St Amand-Nadaud avant toute autorisation de travaux au moulin Pelgros.

Notre contribution en téléchargement cliquez ici

Enquête publique aliénation d’un chemin rural à Chateauponsac. Lieu-dit « Le Montillon »

Enquête publique aliénation d’un chemin rural à Chateauponsac. Lieu-dit « Le Montillon »

Suite à la disparition progressive mais de plus en plus rapide de nos chemins ruraux publics et dans l’intérêt général. saint Junien Environnement regarde les dossiers. Voilà notre avis sur cette enquête publique.

L’avis d’enquête publique précise que l’aliénation concerne le chemin rural longeant les parcelles cadastrées section I n°1277, 1276, 274 et 1273 d’un côté, et section I n°1201, 1202, 1207, 1951, 1955, 1954, 1722, 1956, 1957 et 1272 de l’autre côté.

La figure 1 (source : geoportail.gouv.fr) en est une représentation graphique ; la partie en bleu foncé correspond au projet d’aliénation, la partie en jaune correspond à la continuation du chemin rural hors projet.

Notre conclusion :

C’est pourquoi nous estimons que ce chemin ne devrait être aliéné qu’à la double condition que la partie boisée soit conservée et que la continuité du chemin entre d’une part le cours d’eau Le Balacou et le village du Montillon et d’autre part entre le village du Montillon et celui de La Menereix soit conservé. Il s’agirait alors de trouver un itinéraire qui se substituerait à la portion le long des parcelles n°1202 et 1207. Ce déplacement d’assiette, satisferait à la fois l’intérêt général, préserverait l’intérêt des générations à venir et l’intérêt des propriétaires riverains.

Le projet d’aliénation tel qu’il est proposé aujourd’hui n’est pas acceptable.

Notre réponse complète en téléchargement ici