Contribution de l’association Saint-Junien Environnement à l’enquête publique concernant l’exploitation d’un nouveau centre de transit, tri et regroupement de déchets sur la commune d’Oradour sur Glane par la société CHIMIREC DELVERT.

Contribution de l’association Saint-Junien Environnement à l’enquête publique concernant l’exploitation d’un nouveau centre de transit, tri et regroupement de déchets sur la commune d’Oradour sur Glane par la société CHIMIREC DELVERT.

Nous vous prions de bien vouloir trouver sous ce lien, notre contribution à cet avis d’enquête publique. Nous invitons la population d’Oradour sur Glane et des environs à ce préoccuper fortement de ce sujet et d’aller déposer des remarques à la Mairie d’Oradour sur Glane avant le 16 novembre. Nous organisons à la demande des riverains une réunion, ouverte à tous, aura lieu le jeudi 7 novembre à 20h00 à Cieux, salle des conférences, à côté de la Mairie (adresse exacte : 15 allée des loisirs 87520 Cieux).

  1. Notre Conclusion

Pour Saint-Junien Environnement, en l’état actuel, le dossier soumis à enquête publique ne démontre pas que, pour ce projet d’installation, les intérêts énoncés à l’article L511-1 du code de l’environnement sont bien protégés. Deux points principaux nous semblent particulièrement insuffisants : la prise en compte des dangers relatifs aux risques d’incendie et d’explosion et les conditions d’exploitation. Tels qu’ils sont présentés, ils n’offrent pas les garanties nécessaires ni du point de vue de commodité du voisinage, de la santé, de la sécurité ou de la protection de l’environnement

Beaucoup trop d’éléments posent questions pour que ce projet, qui pourtant est une installation nouvelle qui devrait garantir la mise en œuvre des meilleures techniques disponibles, soit accepté en l’état. Pourtant, la gestion des déchets dangereux est une question importante et qui doit être traitée. L’association Saint-Junien Environnement est consciente de la nécessité d’implanter des installations permettant de traiter ces déchets mais estime que le projet soumis à l’enquête n’est pas acceptable en l’état. Nous proposons donc au pétitionnaire de revoir son projet, tant en ce qui concerne le choix du site d’implantation que la prise en compte des intérêts protégés à l’article L511-1 du code de l’environnement.

Views All Time
Views All Time
222
Views Today
Views Today
1
Les commentaires sont clos.